mardi 23 juillet 2013

Yves Draussin l'Urbaniste de la Ville Nouvelle se raconte

Rappel historique : Le quartier Saint-Quentin (Guyancourt / Montigny-le-Bretonneux)
est situé sur les communes de Guyancourt et de Montigny-le-Bretonneux. Il a été réalisé en grande partie en 1987.

En effet, contrairement aux autres villes nouvelles de la région parisienne, Saint-Quentin-en-Yvelines ne possède pas encore son centre-ville, au début des années 80. 
Entre les premiers projets inachevés des années 70 et l’inauguration en 1987, il faudra 15 années de longues négociations pour aboutir à une solution obtenant l’aval de tous les acteurs : l’EPA et les élus locaux représentés par le Syndicat d’agglomération nouvelle.
Pour décrire ce centre dans ses grands principes, on peut utiliser l’image d’une ville haute et d’une ville basse. 
Ainsi L’architecte-urbaniste Yves Draussin, l’un des concepteurs, explique qu’il a travaillé selon deux échelles : l’une favorise les axes routiers automobiles, l’autre les cheminements piétons.
Le maître mot de l’ensemble sera « créer de la densité » : densité d’habitants, densité d’activités commerciales et culturelles, présence de bureaux, d’entreprises et présence de l’eau, d’un canal.
Elaboré par plusieurs urbanistes dont Michel Ducharme, Yves Draussin et Jean Guillaume, ce centre va tenter de façonner un nouveau modèle de centre commercial.
Situé en ville basse, il se caractérise par son hypermarché "en souterrain » et ses petites boutiques à l’air libre le long de la rue Colbert.
Tout autour, est créé le boulevard Vauban, sorte de rempart symbolique d’une ville ancienne, qui encercle par le sud-est ce nouveau quartier, dont il trace ainsi une limite précise. La grande majorité des espaces à l’intérieur du boulevard sont des espaces piétonniers.
Autre nouveauté, les boutiques sont en rez-de-chaussée d’immeuble de logements. Cette opération a remporté, en 1990, le VIe palmarès national de l’habitat. 
Pour y accéder, il faut prendre des escaliers dérobés, et par l’intérieur des îlots, traverser des jardins suspendus, semi-public.

Côté ville haute, la place Georges Pompidou, communément appelée place « ovale » magnifie l’entrée du centre ville par ses grandes dimensions (9 600 m2).
Elle se caractérise par un tracé en ovale, bordé d’immeubles de bureaux et d’habitation, avec arcades et réverbères futuristes , dont le centre conserve un terre-plein traité en place publique monumentale.
Presque en son centre, visible de loin, se signale le théâtre, édifice culturel majeur du centre ville.
Sa façade mêle la pierre, le béton, l’acier, le verre, l’aluminium, autant de matériaux qui dessinent ici une façade post-moderne et forme une juxtaposition inspirée de références anciennes, d’emprunts à d’autres cultures que l’architecte Stanislas Fiszer revendique fièrement.
Le bâtiment achevé en 1993, comprend aussi une médiathèque (la médiathèque du Canal) dont l’accès se fait par le côté, via un large escalier qui conduit le visiteur de la ville haute à la ville basse.
Autre élément fédérateur du quartier, le parcours de l’eau et la présence d'œuvres d’art qui l’accompagnent. Depuis La Source, de Nessim Merkado jusqu’à La Perspective, de Marta Pan, ce sont des symboles forts de la création de ce quartier.
Enregistrer un commentaire