mardi 2 octobre 2012

L'ancien ministre Jean-Louis Borloo a annoncé la naissance de son nouveau parti,

UDI: 5 choses à savoir sur le nouveau parti de Jean-Louis Borloo
L'ancien ministre Jean-Louis Borloo a annoncé la naissance de son nouveau parti

A suivre de prés et à analyser :
L'ancien ministre Jean-Louis Borloo a annoncé la naissance de son nouveau parti, du nom du groupe parlementaire des centristes à l'Assemblée nationale, qui entend occuper le "coeur de l'échiquier politique". 

Son but: rassembler les centristes

C'est "la refondation d'une famille", selon Jean-Louis Borloo. Divisés depuis l'éclatement de l'UDF, les centristes -hors MoDem- et les radicaux ont décidé de s'unir avec des indépendants et des divers droite pour mieux peser face aux deux blocs de gauche et de droite. Plus de 200 personnalités et élus ont signé le pacte fondateur de ce nouveau mouvement. 
Ces centristes affichent clairement leur positionnement: le "centre droit". "La disparition de cette famille comme entité a également appauvri le débat démocratique et provoqué une succession de défaites de la droite et du centre dans les territoires, a déclaré Jean-Louis Borloo. Et pourtant, les talents et les compétences sont là!" toujours d'après lui.

Son leader: Jean-Louis Borloo

Borloo, Morin, Bayrou... Plusieurs leaders possibles ont longtemps gravité dans la galaxie centriste. Aujourd'hui, "la question du leadership a été tranchée en faveur de Jean-Louis Borloo", assurait le député Jean-Christophe Lagarde début septembre. C'est d'ailleurs lui qui présidera le parti. Signe d'une famille recomposée qui tente de se réunir sous le même toit, l'UDI devrait compter huit vice-présidents. Oui, huit. Parmi eux, le sénateur Jean Arthuis et le député-maire de Neuilly, Jean-Christophe Fromantin.Jean-Christophe Lagarde et le secrétaire général du Parti radicalLaurent Hénart assumeront le secrétariat général, la mission de porte-parole étant confiée aux députés Nouveau Centre (NC),Philippe Vigier et Maurice Leroy
Parmi les autres personnalités, le patron du NC Hervé Morinprésidera le Conseil national du parti, l'ex-ministre Rama Yade, la commission d'investiture et le député Yves Jégo sera chargé de la mise en place d'un "shadow cabinet" ou contre-gouvernement. Le MoDem sera également représenté par Eric Azière, nommé directeur général, le sénateur Jean-Marie Vanlerenberghe et l'ancien poulain de François BayrouAlain Dolium

Son défi: éviter les erreurs de l'UDF

Parti de plein exercice, l'UDI accueillera personnes physiques et morales, comme des partis, clubs et associations, en laissant à ses membres la possibilité d'appartenir à plusieurs partis. Il fonctionnera sous le principe "une personne égale une voix". Un moyen d'éviter les erreurs de l'UDF, qui reposait sur le "un parti une voix". Les adhérents seront pleinement associés aux débats via Internet. Le parti devrait servir à déterminer un programme politique commun, à donner les investitures aux élections et disposera d'un pouvoir disciplinaire. 

Ses échéances: les municipales et les européennes

Dans l'agenda du nouveau parti de Jean-Louis Borloo figurent en premier lieu les élections municipales de 2014: l'UDI espère rassembler à cette occasion les élus locaux, maires ou conseillers généraux, restés sans appartenance politique. Quant aux européennes, elles seront aussi un test pour un parti qui place au rang de ses principales valeurs la "refonte d'une Europe plus intégrée". 

Son calendrier: un lancement fin octobre

Une assemblée générale constitutive devrait avoir lieu le 21 octobre, qui marquera aussi le lancement des adhésions, jusqu'au premier congrès statutaire prévu pour avril ou mai 2013. ,


Enregistrer un commentaire